Monde Diététique
Menu

Accueil
Actualité Diététique
Les Archives
Suivi Diététique
Dossiers du Mois
Les Régimes
Alimentation et    Maladies
Les Nutriments
Recettes    Diététiques
Sélection de Livres


De l’innovation au rayon yaourts
article diététique ajouté par dietetique le 05.12.2006
Alors que les ventes de yaourts commencent à régresser avec plus que 15 Kg par an (ce qui reste tout de même une bonne consommation), les professionnels de l’agroalimentaire font preuve d’imagination pour relancer de marché.
Ainsi, on apprend que début 2007, le géant de l’agroalimentaire, Danone, s’apprête à lancer un yaourt bon pour la peau. Ce yaourt aurait la faculté de nettoyer la peau en la détoxifiant de l’intérieur ce qui lui donnerait alors un teint éclatant. Il nous reste plus qu’à attendre pour voir si les résultats sont à la hauteur de nos espérances. Ce nouveau yaourt sera apparemment vendu sous le nom d’Essensis. Le lancement de ce produit est vu comme un véritable événement puisque le lancement marketing se fera par un défilé de mode, ce qui est unique dans le genre.
Les grandes marques de l’agroalimentaires ont vraiment besoin d’innover pour retrouver leur place sur le marché de yaourt. Ce sont les marques de la grande distribution qui ont généralement pris leur place dans les rayons de nos hypermarchés.
A présent, les industriels se lancent à fond dans la production d’alicaments. Les alicaments sont des aliments qui ont des bénéfices pour la santé. De nos jours, ces produits sont de plus en plus en vogues. On a pu déjà remarquer que l’année précédente les innovations en matière de yaourts ont commencé à fleurir. On comprend tout à fait l’intérêt de Danone a innové dans ce secteur de l’agroalimentaire puisque les aliments santé représente 60% du chiffre d’affaire du groupe.
Ces innovations peuvent être intéressantes si elles apportent de réels bénéfices pour la santé, mais il est important de développer son esprit critique face à cette tendance. Ces nouveaux aliments santé sont généralement plus chers que les aliments de base. Souvent on pourrait faire des économies en apprenant à manger équilibré. Mais il faut relativiser en se disant que si ces produits peuvent aider les gens à manger équilibré et à lutter contre l’obésité, ils ne peuvent pas faire de mal !
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Effets de la supplémentation en chrome sur le diabète
article diététique ajouté par dietetique le 04.12.2006
Le picolinate de chrome (CrPic) est un complément alimentaire de plus en plus utilisé chez le diabétiques. Cet engouement est du au fait qu’il permettrait une optimisation de l’utilisation de l’insuline dans l’organisme.
La relation entre le Chrome et le diabète, ou les maladies associées au diabète, ont été démontrées. En effet, 13 des 15 études cliniques menées sur 1690 patients ont permis d’établir une amélioration sur au moins un des marqueurs du contrôle de la glycémie.
Les résultats positifs d’une supplémentation en picolinate de chrome ont pu être observés sur la réduction de la glycémie, de l’insulinémie, du cholestérol sanguin et des taux de triglycérides, ainsi que sur la diminution du besoin en médicaments hypoglycémiants.
Ces effets bénéfiques pourraient être expliqués, d’après les scientifiques, par une meilleur bio disponibilité et donc une meilleure utilisation par l’organisme du picolinate de chrome.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Régime pauvre en glucide et risques coronariens
article diététique ajouté par dietetique le 04.12.2006
Les régimes pauvres en glucides sont réputés car ils permettent la perte de poids et ainsi la prévention de l’obésité. Mais leurs effets à long terme sont malheureusement encore mal connu. C’est pourquoi, des épidémiologistes de Boston ont voulu savoir si ce type de régime avait à long terme une incidence sur la santé coronarienne des femmes qui les suivent.
Pour cela, ce scientifiques ont fait remplir un questionnaire portant sur les habitudes alimentaires de 82 802 femmes. Ils ont ensuite pu calculer un score de régime pauvre en glucides basé sur le pourcentage de la prise calorique sous forme de glucides, de graisses ou de protéines. Ainsi, si le score est élevé, cela signifie que la prise de glucide est faible et que la prise de protéines et de graisses est plus importante.
Ces femmes ont ensuite été suivies pendant 20 ans. Durant ce suivi, 2000 femmes ont contracté une maladie coronarienne.
Ainsi, les épidémiologistes se sont aperçus que le suivi d’un régime pauvre en glucides et riche en protéines et en lipides n’est pas associé à une augmentation du risque de maladies coronariennes chez la femme. De plus, ils se sont rendus compte que, lorsque les sources de graisses et de protéines étaient végétales, un régime pauvre en glucides permettait de réduire modérément ce risque de maladies coronariennes.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Articles diététiques précédents >>> [1][2][3][4][5][6][7][8][9][10][11][12][13][14][15][16][17][18][19][20][21][22][23][24][25][26][27][28][29][30][31][32][33][34][35][36][37][38][39][40][41][42][43][44][45][46][47][48][49][50][51][52][53][54][55][56][57][58][59][60][61][62][63][64][65][66][67][68][69][70][71][72][73][74][75][76][77][78][79][80][81][82][83][84][85][86][87][88][89][90][91][92][93][94][95][96][97][98][99][100][101][102][103][104][105][106][107][108][109][110][111][112][113][114][115][116][117][118][119][120][121][122][123][124][125][126]

Consulter les articles en archives

Pour recevoir les articles chaque jour sur E-mail, inscrivez vous ci-dessous :