Monde Diététique
Menu

Accueil
Actualité Diététique
Les Archives
Suivi Diététique
Dossiers du Mois
Les Régimes
Alimentation et    Maladies
Les Nutriments
Recettes    Diététiques
Sélection de Livres


Biodisponibilité de la vitamine D dans les fromages à pâte pressée
article diététique ajouté par dietetique le 18.07.2008
Après avoir développé une méthode d’enrichissement des fromages à pâte pressée en vitamine D, une équipe Canadienne a cherché à en déterminer la biodisponibilité.
80 adultes ont été inclus dans cette étude et ont reçu du Cheddar enrichi (34 g), un fromage à teneur réduire en matières grasses enrichie (41g) ou un complément en vitamine D (1 mL) ou leur équivalent en placebo, consommés en dehors ou pendant les repas. La quantité de vitamine D apportée était de 28 000 UI de cholecalciferol (vitamine D3), soit 4000 iU (100 µg/jour).
L’analyse de la 25-hydroxyvitamin D sérique [25(OH)D] et de l’hormone parathyroïde a montré que la biodisponibilité de la vitamine D dans les fromage à pâte pressée est égale à celle des suppléments. Ces fromages sont donc un bon vecteur d’enrichissement en vitamine D.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Un fruit pour la récré
article diététique ajouté par dietetique le 09.07.2008
22 millions d'enfants sont en surpoids dans l'UE et 5,1 millions d'entre eux sont considérés obèses. Ce chiffre augmente chaque année de 1,2 million pour les enfants en surpoids et de 300 000 pour les enfants obèses.
Dans le contexte de la réforme du secteur des fruits et légumes, le Conseil a demandé à la Commission de présenter un projet pour la distribution de fruits à l'école, fondé sur une étude d'impact des bénéfices, de la fonctionnalité et des coûts administratifs d'un tel programme. L'étude d'impact sera concrétisée par un rapport final, attendu début 2008.
En France, nous sommes avons déjà pris les devants puisque Michel BARNIER, Ministre de l'agriculture et de la pêche, annonce aujourd'hui le lancement à la rentrée 2008 de l'opération « Un fruit pour la récré », distribution gratuite d'au moins un fruit par semaine, en plus des repas, aux enfants des écoles primaires et maternelles ou fréquentant les centres aérés.
En France, la consommation moyenne de fruits et légumes est très inférieure aux préconisations du Programme National Nutrition Santé), fixées à 5 fruits et légumes différents par jour pour une ration globale de 400 grammes. Elle est particulièrement insuffisante chez les jeunes et chez les populations les plus défavorisées. Ainsi, le ministre diffuse à partir d’aujourd’hui un « cahier des charges » élaboré pour les communes volontaires pour ce programme. Le Ministre s’engage à cofinancer l’achat des fruits pour les 1.000 premières écoles situées en zone d’éducation prioritaire qui seront engagées dans l’opération. Par ailleurs, le ministre s’attachera également, pendant la Présidence française de l’Union européenne, à faire avancer le projet de la Commission de mobiliser des fonds communautaires au profit de telles opérations.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Obésité : les inégalités s’accentuent
article diététique ajouté par dietetique le 09.07.2008
Les résultats publiés dans le Bulletin épidémiologique hebdomadaire de l’Institut de veille sanitaire démontrent un accroissement de l’obésité en France et ce depuis le début des années 80. Les données sont issues des trois dernières « enquêtes sur la santé et les soins médicaux » de l’Insee.
Par rapport à 1981 les hommes ont ainsi grossi de cinq kilos en moyenne et les femmes de quatre kilos. Cette augmentation est globale et affecte toutes les régions de France mais avec des disparités importantes. Ainsi le Nord et l’Est comptent presque deux fois plus d’obèses (13 % et 14%) que l’Île-de-France et le pourtour méditerranéen (8%). De plus ce processus n’a pas touché de façon égale tous les groupes sociaux.
Depuis 1992, la prévalence de l’obésité augmente beaucoup plus vite chez les agriculteurs et les ouvriers que chez les cadres et membres des catégories socioprofessionnelles supérieures, notamment chez les femmes.
« La prévalence de l’obésité chez les agriculteurs a augmenté de plus de 7 points entre 1992 et 2003, alors qu’elle n’a crû que de 2 points chez les cadres » affirment les rédacteurs du BEH. Après les agriculteurs viennent les ouvriers, puis les artisans, commerçants et chefs d’entreprise et les employés.
Les conclusions sont du même ordre en ce qui concerne le niveau d’études. En 2003, 15% des personnes dépourvues de diplôme étaient obèses, contre seulement 5% des diplômés de l’enseignement supérieur. Logiquement, le même clivage est observé en matière de niveau de vie. « La prévalence de l’obésité chez les ménages les plus modestes est de 10% pour les hommes et 13% pour les femmes, alors qu’elle est respectivement de 9% et 6% chez les plus aisés. » La différence se fait donc essentiellement pour la population féminine : « plus le niveau de vie d’une femme est faible, plus elle est corpulente », précisent en effet les rédacteurs.
Imprimer cet article - Lire les commentaires (0) - Envoyer cet article à un(e) ami(e)
Articles diététiques précédents >>> [1][2][3][4][5][6][7][8][9][10][11][12][13][14][15][16][17][18][19][20][21][22][23][24][25][26][27][28][29][30][31][32][33][34][35][36][37][38][39][40][41][42][43][44][45][46][47][48][49][50][51][52][53][54][55][56][57][58][59][60][61][62][63][64][65][66][67][68][69][70][71][72][73][74][75][76][77][78][79][80][81][82][83][84][85][86][87][88][89][90][91][92][93][94][95][96][97][98][99][100][101][102][103][104][105][106][107][108][109][110][111][112][113][114][115][116][117][118][119][120][121][122][123][124][125][126]

Consulter les articles en archives

Pour recevoir les articles chaque jour sur E-mail, inscrivez vous ci-dessous :