Monde Diététique
Menu

Accueil
Actualité Diététique
Les Archives
Suivi Diététique
Dossiers du Mois
Les Régimes
Alimentation et    Maladies
Les Nutriments
Recettes    Diététiques
Sélection de Livres


Consommation d’alcool chez les séropositifs
actualité diététique ajoutée par dietetique le 01.12.2006
Une étude vient de paraît dans le Journal of Aids. Durant cette étude, 1957 personnes VIH+ ont été questionnés. Le but était de savoir si leur consommation d’alcool et de drogues avait des répercussions sur leur maladie.
De cette étude, il est ressorti que 10,7% des VIH+ observés avaient une consommation d’alcool excessive (soit + de 14 verres par semaine pour un homme, 7 pour une femme ou plus de 4 verres lors d’une soirée pour un homme et 3 pour une femme). 35,1% ont une consommation d’alcool modérée et 54,2% ne boivent pas. En revanche, il apparaît que 32,6% de ces malades avaient consommé de la drogue au cours des 6 derniers mois précédents l’étude (héroïne ou cocaïne dans 75% des cas).
La consommation d’alcool chez ces malades a entraîné une diminution de l’observance thérapeutique et ce indépendamment de la dose d’alcool consommée. Il est apparu qu’une consommation abusive d’alcool diminuait de 54% les chances des malades de bien suivre leur traitement, alors que la consommation de drogue les diminue de 45%. Enfin, une consommation modérée diminue ces chances de 22%. Par conséquent, les chances d’atteindre une suppression virale sont réduites de 25% en cas de consommation abusive d’alcool et de 38% en cas de toxicomanie. Enfin, une consommation modérée d’alcool n’entraînerait acun effet négatif d’après cette étude.
En conclusion, la consommation d’alcool a bien un effet négatif chez les séropositifs puisqu’elle diminue l’observance du traitement et réduit les chances de suppression virale. Cette étude n’a pas permis aux chercheurs d’établir le lien direct de l’alcool sur le traitement mais ceux-ci n’écartent pas la possibilité que la consommation d’alcool pourrait avoir un effet sur la réplication du virus (précédemment observée chez le singe).
Cette étude montre donc que les dépistages de l’alcoolisme et de la toxicomanie chez les séropositifs sont des éléments essentiels pour permettre une bonne efficacité des traitements.
imprimer cet article diététique - commentaires sur cet article(0) - envoyer cette actualité diététique