Monde Diététique
Menu

Accueil
Actualité Diététique
Les Archives
Suivi Diététique
Dossiers du Mois
Les Régimes
Alimentation et    Maladies
Les Nutriments
Recettes    Diététiques
Sélection de Livres


Deux pistes pour réduire les troubles cognitif d’Alzheimer
actualité diététique ajoutée par dietetique le 14.10.2006
Deux études qui ont été publiées dans la revue médicale « Archives of Neurology » donnent 2 nouvelles pistes diététiques intéressantes pour la maladie d’Alzheimer.

Durant la première étude qui durait 6 mois, 89 patients atteints de la maladie d’Alzheimer ont pris chaque jour 1,7g d’acide docosahexaenoic (DHA) et 0.6g d’acide eicosapentaenoic (EPA ; DHA et EPA sont des précurseurs permettant le synthèse d’oméga 3). En revanche, 85 autres malades ont pris chaque jour pendant 6 mois un placebo. L’état des patients a été évalué à leur entrée dans l’étude, puis à 6 mois et enfin à 1 an.
Au bout de 6 mois, aucune différence de déclin cognitif n’a été remarqué entre les 2 groupes. Mais, chez 32 personnes recevant des acides gras, dont le déclin été faible à l’entrée dans l’étude, ont eu une diminution moindre de leur fonction cognitive par rapport à d’autres patients aux même stade mais ne prenant pas d’acides gras.
Cette étude sous-entend donc que, chez des sujets ayant une maladie d’Alzeihmer au satde précoce, la consommation d’une quantité régulière d’acide gras oméga 3 pourrait ralentir le déclin cognitif. Les scientifiques, responsables de cette étude, pensent que les omégas 3 ont un effet anti-inflammatoire suffisamment important pour limiter le déclin en début de maladie mais cet effet se révèle pas assez important lorsque la maladie est trop avancée.

La deuxième étude constituait en l’observation de 1984 personnes âgées en moyenne de 76,3 ans et dont 194 présentaient un Alzheimer confirmé. Les scientifiques ont observé sur 12 mois les habitudes alimentaires de ces personnes en prenant un score de 1 à 10 suivant le lien les apports alimentaires réels et les apports conseillés lors d’un régime méditerranéen.
Les résultats ont fait ressortir que plus les rapports étaient porche entre apports réels et apports conseillés lors d’un régime méditerranéen, plus les risques de maladie d’Alzheimer étaient faibles. Pour chaque augmentation du score de 1 point, il existait une diminution de 19 à 24% des risques.
Les chercheurs pensent que l’effet du régime méditerranéen est du à sont effet protecteur contre les risques vasculaires.

En conclusion, pour prévenir et modérer le déclin cognitif, il serait souhaitable de privilégier la consommation d’oméga 3 et d’adopter une alimentation de type méditerranéenne.
imprimer cet article diététique - commentaires sur cet article(0) - envoyer cette actualité diététique